Édito de juin 2022
Un coeur passionné : Saint Charles de Foucauld

Charles de Foucauld va être inscrit au calendrier des Saints ce dimanche 15 mai 2022. Mais ne l’était-il pas depuis longtemps, depuis sa mort même, dans l’imaginaire français ? La première biographie, écrite par René Bazin, y a sans doute contribué (1921). Sa réception fut liée aux relations de cette figure exceptionnelle avec notre histoire contemporaine.


Né au milieu du XIXe siècle, assassiné pendant la Première Guerre mondiale, Charles de Foucauld fut d’abord un militaire, formé à Saint-Cyr et à Saumur. Et jusqu’au terme, il fut toujours proche de cette armée jusqu’aux confins du Sahara, son ami Laperrine étant le bel exemple du service désintéressé, en dépit de ce qu’on pouvait reprocher en fait d’exactions à la puissance coloniale. La conversion du pécheur, à la suite de la rencontre avec l’abbé Huvelin, à l’église Saint-Augustin, fut le grand événement d’une vie, relevant désormais de l’ordre de la mystique la plus profonde. Mais elle n’empêche pas que l’ancien officier participe toujours de l’aventure nationale. Celle-ci se prolonge d’ailleurs aujourd’hui, soixante ans après la décolonisation.

imgchrcdfe0041.jpg

L'islam au coeur de l'actualité

L’islam est bien au coeur de notre actualité, avec les vagues d’immigration qui l’ont constitué en seconde religion de l’Hexagone. Or, depuis son voyage célèbre au Maroc et l’étude savante qu’il en a tirée, elle n’a jamais cessé de préoccuper le religieux après l’officier. Impressionné par la force de la prière musulmane, lui qui avait abandonné les pratiques pieuses de son enfance, s’est trouvé face à une réalité mystérieuse qui l’a profondément remué. Sans doute y a-t-il controverse, souvent ardente, à propos de sa pensée, sollicitée par les uns et les autres, selon leurs sensibilités. Mais il y a tout intérêt à réfléchir sérieusement à ce qu’il a écrit sur le sujet et qui se rapporte à des différences de civilisation. Or, l’ermite de Tamanrasset, dont l’exemple d’ascétisme et de contemplation justifie l’attachement de beaucoup de familles spirituelles, ne s’est pas révélé contagieux en fait de conversions au christianisme.

 

Témoin héroïque de l'Évangile

Cet échec – mais est-ce vraiment le mot adéquat ? – interroge les petites communautés chrétiennes d’Afrique du Nord qui, par la voix de l’archevêque d’Alger, vont jusqu’à hésiter sur le terme d’évangélisation. Mais Charles de Foucauld n’en demeure pas moins le témoin héroïque de l’Évangile et de l’adoration eucharistique. Frère universel, il est aussi celui qui soigne, nourrit et protège les plus démunis. C’est donc l’ensemble de sa vie qu’il convient d’interroger pour répondre à toutes les questions que nous nous posons.
En définitive, celui qui sera au calendrier des saints se réclama de son attachement exclusif au Christ, lorsqu’il l’eut redécouvert. Charles de Foucauld ne rechercha plus dès lors que l’absolu dans un détachement radical. C’est pourquoi nous l’admirons et le prions.

Abbé Eric Schneider

Curé Archiprêtre