Édito de l'été 2022
"Vous trouverez le repos pour votre âme"

Avec les dernières messes des familles, les kermesses paroissiales « Marchons ensemble ! » de Reyersviller et de Siersthal, voici que s’achève notre année pastorale dans la Communauté de paroisses St Bernard de Bitche : une année riche, éprouvante à certains égards, de reprise.

Reprise timide dans un premier temps par les jeux de cache-cache avec la COVID, puis toutes voiles dehors, au service de la vie renaissante. La vie paroissiale a repris et il faut en rendre grâce. Les célébrations des sacrements de l’initiation chrétienne pour les enfants et les jeunes et la fête de la foi en sont de beaux signes.

Parmi d’autres, plusieurs événements nous auront marqués durant cette année pastorale 2021/2022 : le rapport de la CIASE s’est invité peu de temps après la rentrée, puis s’est ouvert le synode dans la dynamique duquel nous sommes entrés progressivement, la mise en place des équipes pour les « 7 Missions Transversales » des Orientations du Projet Pastoral Diocésain : « Pour une Eglise Missionnaire en  Moselle » ainsi que le travail de coordination et de transversalité entre les 7 communautés de paroisses des deux archiprêtrés de Bitche et de Rohrbach-lès-Bitche autour d’un seul curé-archiprêtre (36 897 personnes dont 5 curés ont la charge d’âme sur tout le territoire du Bitcherland).

sunset-1207326_1280.jpg

Je remercie très fraternellement tous nos prêtres âgés qui nous donnent toujours et encore, malgré une santé fragilisée, un très grand coup de main pour les célébrations des messes hebdomadaires et dominicales. Je remercie chaleureusement nos Animatrices Laïques en Pastorale, les diacres permanents pour leur investissement et leur esprit collaboratif ainsi que tous les bénévoles investis dans nos différentes églises et services paroissiaux, dépassant « l’esprit de clocher » et « la tentation de regarder en arrière », « le découragement parfois », « la tentation du laisser tout tomber et ne penser qu’à soi » et qui poursuivent malgré tout leur marche ensemble à la suite du Christ vers un avenir nouveau à construire. 

Relevons ce défi ensemble !

Je rends grâce pour tous les 19 jeunes de nos deux archiprêtrés qui se sont formés et ont obtenu le brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur (BAFA). Les 5 personnes de notre Communauté de Paroisses St Bernard, qui après une année de formation à Nancy et Metz, ont été brevetées par le Cycle de Formation Initiale (CYFORI) pour accompagner le Service de l’Evangile auprès des Malades, les aumôneries et les personnes malades en milieu hospitalier et Ehpad. Les 30 personnes des différentes paroisses qui viennent de clôturer la première année de formation « Funérailles » afin d’accueillir, soutenir et accompagner les familles endeuillées avec les diacres et les prêtres (ils assurent déjà le service de la prière auprès des familles éprouvées, une part active liturgique et accompagneront les familles au cimetière pour l’inhumation ou pour la prière de déposition d’urne)… le pèlerinage interparoissial en avril à Rome - Sienne qui a soudé et fortifié les paroissiens … etc…

Sur le plan européen, le déclenchement de la guerre en Ukraine a fortement coloré notre entrée en Carême dans l’attente que vienne la Pâque, les échéances électorales n’ont pas manqué de nous interroger. Enfin, pour notre Communauté de Paroisses, l’annonce d’une plus grande mutualisation par la nomination d’une équipe pastorale renouvelée (Equipe de Coordination Paroissiale) à partir de la rentrée de septembre.

La multiplicité de ces événements d’ordre différent et l’empilement de leurs effets pourraient donner le vertige, d’autant que le temps semble s’être accéléré. Nos communautés n’échappent pas à ce phénomène d’accélération parce qu’elles sont en prise avec la société. Dans cette société, beaucoup expriment leur fatigue et même leur lassitude. Ce qui les faisait vibrer jusqu’alors leur laisse un goût amer voire une certaine indifférence au point de se détourner de leurs engagements. La fin des jauges a contraint à jauger les forces et elles manquent. Fatigue pour ceux qui restent. Quand viendra le repos ?

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger » (Mt 11, 28-30).

Si les chrétiens eux-mêmes sont fatigués, comment aideront-ils leurs frères à trouver le repos ? Croyons-nous que le repos de l’âme – ou la paix intérieure – dont parlait Jésus à ses disciples est encore pour aujourd’hui ? Le Christ serait-il impuissant à sauver l’homme contemporain ? De la réponse à cette question dépendent la vérité de notre vie chrétienne et la vitalité de nos paroisses. Redisons-le : on ne peut pas vivre pour le Christ sans vivre du Christ.

Alors, chers paroissiens, permettez-moi de vous lancer un défi pour cet été, sous la forme d’une question. Que chacun prenne le temps d’y réfléchir et d’apporter sa contribution à la rentrée : comment nous aider les uns les autres à vivre davantage du Christ pour avoir ensuite la force de l’annoncer ? J’invite chacun à prendre un temps personnel pour entendre l’appel du Christ qui veut lui offrir le repos. Dans son analyse de la synthèse des contributions synodales, l’équipe diocésaine invitait à s’interroger sur la place de l’eucharistie et du dimanche dans nos vies personnelles, familiales et communautaires. C’est une piste. J’attends avec confiance ce que l’Esprit dira, « suspendu à la bouche de tous les fidèles, car dans tous les fidèles souffle l’Esprit de Dieu », comme l’écrivait Saint Paulin, évêque de Nole, en Italie, au début du Ve siècle. 

Vous remerciant pour cette année pastorale, je vous souhaite un bon devoir de vacances

et déjà un beau temps pour expérimenter le repos avec le Christ.

Abbé Eric Schneider

Curé Archiprêtre