top of page
Bienvenue

Édito du mois de novembre 2022
La sainteté dans l'humilité et la charité

Ce mois d’octobre nous emmène tout droit avec Marie vers la grande fête de la Toussaint. Et il n’y a pas meilleur guide que Marie pour nous exhorter à la vocation originelle de chaque baptisé qu’est la sainteté (Lumen Gentium n°40). « Le Christ, qui avec le Père et l’Esprit est le seul Saint (Ap 15, 4), a aimé l’Eglise comme son épouse et s’est donné lui-même pour elle, dans le but de la sanctifier (Ep 5, 25-26). C’est pour cette raison que tous les membres du peuple de Dieu sont appelés à devenir saints, selon l’affirmation de l’apôtre Paul : « Et voici quelle est la volonté de Dieu : c’est votre sanctification » (1Th 4, 3) ».

 

Et c’est pourquoi, le pape François nous exhorte, lui aussi, dans Gaudete et exultate, à désirer personnellement être saint. Souvent nous avons une vision idyllique et fausse de la sainteté qui nous empêche de la désirer ou nous décourage de pouvoir l’atteindre. 

copie.jpg

« Ce qui importe, nous dit le pape François, c’est que chaque croyant discerne son propre chemin et mette en lumière le meilleur de lui-même, ce que le Seigneur a déposé de vraiment personnel en lui (cf. 1Co 12, 7), et qu’il ne s’épuise pas en cherchant à imiter quelque chose qui n’a pas été pensé pour lui. »

 

La sainteté, quel que soit la forme qu’elle prend dans nos vies personnelles, a le même fondement et la même perfection pour chacun : à savoir l’humilité et la charité. J’aime rappeler souvent cette petite anecdote : Comme on demandait un jour à la bienheureuse Mariam de Bethléem ce qu’il fallait faire pour posséder l’Amour, elle se baissa, ramassa un grain de poussière, et le tendant à son interlocuteur lui dit : « Il faut devenir petit comme cela ».

Elle parla ensuite de l’humilité : « Aujourd’hui, la sainteté n’est pas d’abord la prière, ni les visions, ni les révélations, ni la science de bien parler, ni les cilices, ni les pénitences, mais c’est l’humilité ». Notre Seigneur lui dit un jour dans une vision : « En enfer, on trouve des personnes qui ont vécu toutes les vertus mais pas l’humilité. Au ciel on trouve des personnes qui ont eu tous les vices mais pas l’orgueil ».Ce fondement de l’humilité qu’il nous faut cultiver appelle par lui-même la perfection de toutes les vertus qu’est la charité. Cette charité, le pape nous appelle à la vivre concrètement dans l’ordinaire de nos jours à travers la spiritualité des Béatitudes qu’il développe dans le chapitre trois de son exhortation apostolique. Nous pourrions relire, si nous ne l’avons pas déjà fait, ce chapitre qui est un vrai bijou. C’est ainsi, par exemple, qu’il nous apprend à fuir l’attachement aux richesses, qui fait que le « coeur qui se sent riche est tellement satisfait de lui-même qu’il n’y a plus de place pour la Parole de Dieu » ; ou encore à pratiquer la douceur envers les limites et les défauts de nos frères ainsi que nous le rappelait la petite Thérèse : « la charité parfaite consiste à supporter les défauts des autres, à ne point s’étonner de leurs faiblesses et des nôtres ».

 

Le pape termine son exhortation par quelques conseils pratiques pour vivre cette sainteté dans le monde actuel : endurance, patience, douceur (surtout envers nous-même comme le rappelait saint François de Salle), humilité, joie, sens de l’humour, ferveur, audace, discernement, prière et combat. Mais il rajoute aussi l’importance de la vie communautaire familiale, paroissiale, religieuse pour avancer sur les chemins de la sainteté : « La communauté qui préserve les petits détails de l’amour, où les membres veillent les uns les autres et créent un lieu ouvert et d’évangélisation, est le lieu de la présence du Ressuscité qui la sanctifie selon le projet du Père ».

Eric Schneider

Curé archiprêtre

bottom of page